Plan du Parc
Descriptif
Consignes de sécurité
Accès
Horaires
Tarifs
Groupes
Actualités-News
Naissances
Livre guide
Publications
Education
Conservation
Recherche
Expositions
Botanique
Photographies
Amis
Hébergement
Restauration

 

Retour


LETTRE d'INFORMATION




Numéro 13

Août 2005

 
SOMMAIRE :
 

 
· Une naissance exceptionnelle
· Hippotragus equinus
· De ques aquelo bola ?


 

Une naissance exceptionnelle

Le 12 juillet 2005 dans la brousse, partie de la Réserve Africaine de Sigean qui se visite en voiture, nous avons eu l'immense plaisir d'accueillir la naissance d'une petite femelle Onagre Equus hemionus onager, espèce animale que l'on estime aujourd'hui pratiquement disparue dans son mileu naturel.

Petit Onagre avec maman.
Photo prise à la Réserve Africaine de Sigean

Du grec onos (âne) et agrios (sauvage), l'Onagre appartient à une espèce rare et menacée d'extinction dans sa région d'origine, en Iran. Les Onagres présents sur le Parc, comme le furent avant eux les Ânes de Somalie et les Zèbres de Grévy, ont été mis en dépôt à la Réserve Africaine de Sigean par une association suisse de protection des équidés la Werner Stamm-Stiftung zur Erhaltung seltener Einhufer. Celle-ci a confié à la Réserve Africaine de Sigean quelques-unes des espèces d'équidés parmi les plus menacées au monde qui sont là pour former un troupeau de reproduction afin que leur descendance retourne peut-être un jour dans l'une des réserves naturelles existantes, si celles-ci leur assurent des conditions de survie acceptables. Avec l'élevage de cette espèce arrivée en 1997 le parc de Sigean participe à l'une de ses vocations principales, c'est-à-dire la conservation du patrimoine génétique des espèces animales en voie de disparition.

Onagres dans le parc de la brousse
Photo prise à la Réserve Africaine de Sigean

La cause principale de la disparition de l'Onagre dans la nature est la concurrence avec les activités pastorales notamment autour des points d'eau dont la maîtrise par les bergers est essentielle pour la survie dans les zones désertiques. Le braconnage pour la viande est aussi une cause importante de la raréfaction des Onagres. On compte aujourd'hui moins de 400 individus à l'état sauvage. Dans les parcs zoologiques eux-mêmes, le nombre d'individus élevés reste très faible. Début 2004, 74 Onagres (24 mâles et 50 femelles, d'après l'EAZA Yearbook 2003), étaient élevés dans 16 institutions zoologiques européennes le plus grand nombre d'individus (11) se trouvant à la Réserve Africaine de Sigean.

Les Onagres s'observent sur la partie du Parc qui se visite en voiture
(caractéristiques détaillées)
Photo prises à la Réserve Africaine de Sigean

Où les voir ? Les Onagres peuvent s'admirer sur la partie du Parc qui se visite en voiture et, plus précisement dans la Brousse, à deux pas des antilopes Rouannes et des Girafes péralta.

 

Sommaire

 

Hippotragus equinus

Depuis leur arrivée en 1996 à la Réserve Africaine de Sigean (2 mâles et 2 femelles), le parc de la Brousse qui se découvre en voiture compte aujourd'hui un groupe de 11 Antilopes rouanne dont la dernière naissance (un petit mâle) a eu lieu le 22 juillet dernier.

Petits rouannes dans la Brousse
Photo prise à la Réserve Africaine de Sigean

Le Rouanne est une "antilope-cheval", de très grande taille, possédant un cou épais orné d'une courte crinière sur toute la longueur de la nuque et de longs poils sur la partie inférieure du cou. Le pelage est court, lisse, allant du fauve clair au brun foncé selon les différentes localisations géographiques de l'animal mais aussi en fonction du sexe des individus, les mâles étant plus foncés que les femelles. Le dessous du corps, quant à lui, est blanchâtre. Les oreilles sont étroites, longues et pointues se terminant par une touffe de poils noirs. La face du Rouanne est particulière : à dominance sombre elle n'est éclairée que par la blancheur de son museau et de deux tâches s'étendant de la base des cornes jusqu'aux joues tout en bordant les yeux par l'intérieur. Le contraste des couleurs est saisissant. Les cornes sont aussi bien présentes chez le mâle que chez la femelle, même si légérement plus courtes chez cette dernière. Elles sont annelées, divergentes au fur et à mesure qu'elles croissent, et fortement courbées vers l'arrière. La longueur moyenne des cornes est d'environ 85 cm !

Mâle rouanne à deux pas des Onagres
Photo prise à la Réserve Africaine de Sigean

En période de rut, les mâles s'affrontent, « agenouillés », corne contre corne, se poussant mutuellement dans une épreuve de force. Les Rouannes vivent en petits groupes d'environ une vingtaine d'individus parmi lesquels un mâle adulte dominant. Lorqu'ils atteignent les deux ans environ les jeunes mâles sont expulsés du troupeau et forment des groupes de célibataires pour ensuite chacun devenir indépendant vers les cinq, six ans. Lorsque l'eau et le pâturage deviennent rares plusieurs troupeaux peuvent se réunir formant ainsi de grands groupes comptabilisant jusqu'à 100 individus.

Antilope rouanne hippotragus equinus
(caractéristiques détaillées)
Photo prise à la Réserve Africaine de Sigean
 
Le Rouanne est plutôt actif tôt le matin puis, vers la fin de la journée, jusqu'à la nuit. Entretemps le groupe est au repos, de préférence à l'abri du soleil, sous les arbres. Les individus sont debout ou couchés, à petite distance les uns de autres, chacun regardant dans une direction différente, surveillant l'approche d'un éventuel prédateur, essentiellement le Lion et… l'Homme. En cas d'attaque, pendant que les femelles et les jeunes courent se mettre à l'abri, le mâle Rouanne n'hésite pas à affronter l'ennemi et il arrive même qu'il réussisse à avoir le dessus !

Sommaire 

De ques aquelo bola ?

De ques aquelo bola ?

Merci de bien vouloir renseigner les champs suivants et d'appuyer sur le bouton ENVOYER :
(les champs marqués d'une
* doivent obligatoirement être renseignés)

Nom
*
Adresse mail :
*

VOTRE PROPOSITION :
La personne qui la première nous renverra la bonne réponse gagnera
une entrée gratuite* à la Réserve Africaine de Sigean.

 

Ce mois-ci pour gagner une entrée gratuite à la Réserve Africaine de Sigean il faudra essayer de deviner ce que représente cet objet insolite qui se trouve sur les photos ci-jointes.

Toutes vos propositions* seront publiées sur notre prochaine lettre d'information, alors... à vos claviers !

*Il ne sera accepté qu'une seule proposition par personne. En cas de plusieurs réponses il ne sera pris en compte que la première d'entre elles.



Qu'es aco ?
Photo prise à la Réserve Africaine de Sigean


Le jeu du Porc-épic à Crête

Le gagnant du jeu du Porc-épic à Crête de la lettre d'Information de Juillet 2005 est Jean-Philippe IMBERT de Grabels (Hérault).

En répondant le premier et de façon exacte à la question du jeu Jean-Philippe IMBERT gagne une entrée gratuite à la Réserve Africaine de Sigean qu'il pourra utiliser lors de sa prochaine visite sur le Parc. Vous voulez vous aussi gagner une entrée gratuite ? Alors envoyez-nous vite votre proposition !

Réponse au jeu du Porc-épic à Crête

A - Le Porc-épic attaque ses ennemis en "projettant" ses piquants vers son adversaire. RÉPONSE : FAUX, contrairement aux croyances populaires le Porc-épic ne "projette" pas ses piquants mais ces derniers se détachent et tombent d'eux-mêmes pendant l'attaque.
B - De par leurs "piquants" le Porc-épic et le Hérisson sont deux animaux apparentés. RÉPONSE : FAUX, même si tous les deux possedent des piquants le Porc-épic est un rongeur alors que le Hérisson est un insectivore.

(* Il ne sera accepté qu'une seule entrée gratuite par véhicule. Non valable pour les groupes. Cette entrée ne pourra être vendue).

Sommaire


© Réserve Africaine de Sigean 2002-2005.